Tout ce qui est solide se dissout dans l’air / Darragh McKeon

Tout ce qui est solide se dissout dans l'airVoilà un premier roman vraiment prometteur !

Darragh McKeon nous fait vivre la catastrophe de Tchernobyl à travers le regard de plusieurs personnages. De milieux différents et n’ayant pas tous le même niveau d’information, ils sont chacun témoins de cet évènement sans précédent. Le premier sentiment qui m’est venu est l’incrédulité. Lorsque les techniciens cherchent dans leur manuel comment réagir à une telle anomalie et qu’ils découvrent que les pages ont été noircies, on se dit qu’on ne peut s’attendre qu’au pire pour la suite. Ce fut la première catastrophe nucléaire certes mais penser que le système, au sens large, ne pouvait faillir en aucun cas laisse apercevoir un fossé sociétale et politique incroyable. Il m’a fallu avancer un peu dans la lecture pour m’attacher réellement aux personnages. La mise en place est un peu longue mais n’est pas rebutante pour autant. La curiosité du lecteur est tout de même piquée et l’émotion fait très vite le reste ! Une profonde tristesse teintée parfois de résignation et de désarroi parcourt les lignes et l’on imagine aisément les visages des personnages se creuser au fil du récit.

L’écriture de Darragh McKeon est très travaillée et ne tombe absolument pas dans la caricature. Triste sans être pathétique, c’est un très beau roman dans lequel la poésie vient adoucir un décor dévasté.

Publicités

Le Testament de Marie / Colm Toibin

Le Testament de Marie

Deux anciens compagnons de son fils sont présents chaque jour pour la surveiller, l’écouter et surtout recueillir le « témoignage » dont ils ont besoin. Mais elle refuse de se soumettre et va délivrer ses souvenirs, sa version de l’histoire. Que sa vérité soit dite au moins une fois avant qu’elle ne s’éteigne.

Colm Toibin nous livre un très beau portrait de Marie de Nazareth, femme digne, mère courageuse mais aussi désemparée. Elle nous raconte l’histoire de ce fils qu’elle a perdu au fil de son périple, entouré de ces « égarés ». C’est une nouvelle facette de l’histoire, vue à travers les yeux de cette mère. On s’éloigne de la légende pour parler d’une femme et de ses choix, de ses doutes, ses forces et ses faiblesses. L’écriture est intense, parfois poétique. L’auteur nous emmène vraiment au cœur des émotions sans emphase ni circonvolutions. C’est un texte court où chaque mot tombe juste. Il n’a pas de place pour des phrases superficielles ce qui participe à l’intensité de cette lecture.

J’ai vraiment été agréablement surprise par ce roman. Si l’auteur était un gage de qualité, je n’étais vraiment pas convaincue par l’idée que l’histoire puisse me toucher. Finalement, la légende s’efface pour faire place aux personnages et à leur condition et le récit à la première personne renforce vraiment le sentiment de proximité et l’empathie que l’on peut ressentir. Un texte sensible et fort pour cette rentrée littéraire 2015 et qui aura j’espère l’attention qu’il mérite !

Je remercie encore le site Lecteurs.com et leur évènement Les Explorateurs de la rentrée littéraire pour l’envoi de ce livre.

La Maladroite / Alexandre Seurat

La Maladroite

Les avis de recherche ont été lancés : Diana, huit ans, a disparu. Nous comprenons immédiatement que cette disparition n’est pas anodine. En effet, une jeune femme est sous le choc de la nouvelle en voyant les journaux : elle fut son institutrice pendant un temps et elle sait, en voyant la photo de cette enfant, qu’on ne la reverra pas.

L’auteur va alors dérouler le fil de la vie de cette petite fille à travers le regard des adultes qui ont croisé son chemin : sa grand-mère, sa tante, ses instituteurs, les directrices d’école, un médecin scolaire, etc. On devine, on découvre progressivement le quotidien de Diana, les violences à la maison, au rythme des adultes qui l’entourent. La stupeur et l’effroi se glissent entre les lignes à mesure que le récit avance. On pressent que les murs se resserrent autour de cette famille et, en même temps, qu’une catastrophe est imminente, inévitable.

J’ai rapidement repéré ce roman dans la liste des sorties de la rentrée littéraire et j’avais très envie de le découvrir bien que le sujet soit difficile. Malgré l’attente, je ne suis absolument pas déçue par cette lecture. J’ai beaucoup aimé le point de vue adopté par l’auteur. Faire parler les tierces personnes plutôt que Diana et ses parents permet de garder une certaine distance avec cette violence, rendant le récit de cette enfant battue supportable à lire. Cependant, le roman ne perd pas en intensité et en émotions et l’auteur ne nous épargne pas pour autant. Je crois que l’effroi est vraiment le sentiment qui prime, le même effroi ressenti par les personnages.

Au cours de ma lecture, je me suis rendue compte que Diana était le seul prénom cité dans l’ensemble de ce roman. Aucun autre prénom ou nom n’est donné. Les adultes sont présentés selon leur profession ou leur lien avec elle. Tous gravitent autour d’elle et finalement les personnalités importent peu. La grande absente et l’omniprésente Diana qui aura marqué toutes les personnes de passage dans sa vie.

À la fin de cette lecture, il me reste de la tristesse bien sûr mais surtout de la tendresse pour cette petite fille vaillante et lucide, et pour ceux aussi qui ont tenté de tirer le signal d’alarme et ne peuvent s’empêcher de culpabiliser. Alexandre Seurat signe un très beau premier roman, un texte court et riche en émotions qui ne bascule à aucun moment dans le pathos.

Marjane : la crypte / Marie Pavlenko

Marjane

La communauté ninn, appelée vampire par les humains, a bâti une immense Résidence cachée au cœur de Paris. Jusqu’à leur majorité et à condition de se contrôler, les ninns ne doivent en aucun cas en sortir. Marjane est à l’aube de ses 18 ans et voit ses amis profiter de cette nouvelle liberté sans elle. Au lieu de faire la fête parmi les humains, elle doit donc assister à l’anniversaire de son père à la Résidence, cernée par des ninns plus vieux les uns que les autres ! Mais le sentiment de sécurité que conférait la Résidence va voler en éclat lorsque des individus armés vont s’inviter à la fête… À partir de ce moment, les évènements vont totalement échapper au contrôle de Marjane qui est contrainte de fuir la Résidence pour sa survie. Dehors, elle va découvrir un monde nouveau, des mensonges et des secrets jusque là bien gardés.

Ce premier tome est une agréable surprise. L’univers est intéressant et ne se contente pas du duo humains/vampires. Il est plus riche que cela et l’auteur nous donne suffisamment de détails sur les cultures et les liens entre les peuples pour créer un monde cohérent et donner de la profondeur au roman. Certains rebondissements se devinent mais entre les révélations, les attaques surprises et les nouvelles rencontres, le rythme est assez soutenu et je ne me suis ennuyée à aucun moment. C’est assez amusant de voir ce monde parallèle évoluer en plein Paris, d’autant plus que l’auteure nous la décrit beaucoup, surtout le quartier Saint Michel et Notre-Dame. Les personnages ont des caractères bien définis ce qui les rend parfois un peu prévisibles. Mais là encore, nous ne sommes pas non plus dans la caricature. J’espère plutôt que les personnages s’étofferont au fil de la série.

Je suis curieuse de connaître la suite de l’aventure de Marjane et je lirai volontiers le prochain tome.

Magique aujourd’hui / Isabelle Jarry

Magique aujourd'hui

Isabelle Jarry nous offre un très beau roman d’anticipation. Dans un futur proche, la technologie a fait des progrès spectaculaires et les robots ont envahi notre quotidien. Afin de garantir le bon fonctionnement du système, les autorités surveillent le rapport de chacun à la technologie et traquent toutes formes d’addiction. Tim est un jeune chercheur qui fait preuve d’une certaine forme de naïveté, d’insouciance et qui entretient une relation très fusionnelle avec son robot Today. En raison de ce lien, Tim est brutalement envoyé en cure de déconnexion afin de « redresser » ce comportement déviant. D’abord dans un centre spécialisé puis pris en charge par un tuteur, Tim va expérimenter non sans mal la solitude mais aussi redécouvrir des paysages où la Nature reprend peu à peu ses droits. J’ai trouvé son émerveillement devant les paysages qui s’offrent à lui assez frappant car il témoigne de l’éloignement complet de la société humaine avec la Nature. L’écriture d’Isabelle Jarry rend ces moments émouvants et splendides. Les réflexions de Tim sont également intéressantes. Elles reflètent les nouveaux modes de pensée, de vie de cette société. Tim est bien un enfant de son temps, complètement acquis à la cause de « l’ultra-connexion », mais il est aussi en décalage dans la mesure où il garde une part de fantaisie dans un monde qui semble bien pragmatique et cloisonné.

En parallèle de ce récit, nous suivons les aventures de Today qui se retrouve seul et sans instructions de la part de Tim. Il va partir en quête d’informations et d’aide faisant preuve d’une initiative étonnante et inhabituelle de la part d’un robot. Ces passages m’ont beaucoup plu car je me suis très vite attachée à ce petit robot drôle et attendrissant. L’auteure a joué sur plusieurs registres et cela donne au récit beaucoup de sens et de cohérence. J’ai été aussi bien émue, amusée, étonnée mais aussi effrayée. L’histoire m’a rapidement accrochée et j’ai pris beaucoup de plaisir tout au long de la lecture. L’auteure capte notre attention jusqu’au bout et nous offre une fin formidable. Si j’ai aimé ce roman, j’en ai adoré le dénouement ! Elle est à l’image du récit, amusante et émouvante, et très ouverte, ce qui laisse libre cours à l’imagination du lecteur.

Je remercie le site Lecteurs.com et leur évènement Les Explorateurs de la rentrée littéraire pour l’envoi de ce livre.