Le Cœur du pélican / Cécile Coulon

Coeur pélican

Les parents d’Anthime emménagent dans une banlieue sans histoire ni caractère. Ce dernier est un petit garçon comme les autres, jusqu’au jour où il se démarque par sa rapidité à la course lors d’un jeu. Les enfants du quartier l’acclament et l’acceptent parmi eux. Toujours sous la protection de sa sœur Helena avec laquelle il entretient une relation aussi fusionnelle qu’ambigüe, Anthime va rapidement connaître la notoriété. Repéré par l’entraîneur local, il va s’abandonner totalement dans la course : le Pélican est né. Son quotidien est rythmé par les heures d’entraînement : Anthime est seul dans l’effort, tourné vers un seul objectif, la victoire. Mais ses tendons malmenés d’adolescent vont le trahir en pleine course. Le Pélican est à terre et ne s’en relèvera pas. La défaite est amère : Anthime abandonne ses ambitions, son amour pour Béatrice et son succès. Vingt ans plus tard, le Pélican ne sera plus qu’un souvenir et il se contentera d’une vie ennuyeuse et médiocre. Mais la colère et la rage, que les moqueries d’anciens camarades vont réveiller, sont toujours présentes au fond de lui.

Dans une écriture travaillée, percutante et violente, Cécile Coulon nous livre le portrait d’un homme prisonnier de son rôle de grand sportif idéalisé par son public mais aussi de sa quête de gloire. L’envers du décor est bien loin de l’image que s’en fait le public : difficulté de l’effort, sacrifice de la vie personnelle à un âge important pour la vie sociale, souffrance physique… Cet investissement semble d’autant plus fou qu’Anthime ne s’est pas engagé pour l’amour du sport mais pour la gagne. « Les gens ne se battent pas pour qu’on soit fiers d’eux, les gens ne se battent pas pour mourir dignement. Les gens se battent pour gagner. » La chute en sera d’autant plus violente et humiliante. Le choix du pélican y est très symbolique : animal du sacrifice et de la piété, il offre son cœur pour nourrir ses petits ; tout comme le sportif s’offre à ses admirateurs. Bien qu’Anthime soit au centre du roman, les personnages dans leur ensemble sont travaillés et chacun a voix au chapitre. Le narrateur omniscient cède la place aux personnages. Cette alternance des points de vue est intéressante et donne de la profondeur au récit et aux personnages. L’auteur nous propose une vision sombre de la nature humaine, si proche de l’animalité, qu’elles se confondent parfois.

Un roman intense et violent dans lequel l’auteur développe de nombreuses thématiques (sport, animalité, inceste, amour, quête de soi…). Même si les personnages ne suscitent pas d’empathie chez le lecteur, la narration vous emmène et vous porte au bout de cette lecture. Une écriture puissante et prometteuse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s