En attendant Bojangles / Olivier Bourdeaut

En attendant bojangles

Si vous cherchez un exemple d’Amour avec un grand A, lisez sans attendre ce roman. Sur le rythme de « Mr Bojangles » de Nina Simone, George et sa femme dansent à l’infini sous le regard de leur fils. Leur vie est une fête permanente et la fantaisie est le maître mot. Le rythme est donné par la mère, extravagante et charmante, jusqu’au jour où cet équilibre original va vaciller. Mais ils feront tout pour continuer la fête, coûte que coûte.

Commencer la rentrée d’hiver avec ce roman place la barre très haute… Olivier Bourdeaut nous offre un roman débordant d’amour, de poésie et de fantaisie. La vie de cette famille est un véritable tourbillon d’imagination et de créativité où la vie se réinvente chaque jour. C’est une attraction irrésistible. On se laisse bercer sur les notes de « Mr Bojangles », en passant du rire aux larmes. En tournant la dernière page, je suis restée un peu étourdie. Je pense que si l’on se sent un peu abandonné à la fin d’une lecture, c’est que l’on a entre les mains un grand roman. Heureusement, la voix de Nina Simone nous fait continuer un peu le voyage sur sa « musique pour les sentiments ».

N’hésitez pas un instant à vous embarquer pour ce voyage pétillant au pays de l’amour fou !

Publicités

Petit bilan de janvier

N’ayant pas toujours le temps de préparer des chroniques pour toutes mes lectures, en particulier pour les albums et les bandes dessinées, je me suis dit qu’un petit billet pour les regrouper serait un minimum ! Voilà donc un petit récap’ pour le mois de janvier :

Les albums :

Le renard perché
Le Renard perché / Simon Quitterie, Magali Dulain. Casterman
Un enfant découvre dans un arbre un renard, qui attend un ami. Le petit garçon décide de patienter avec lui et ils font connaissance. Je n’ai pas accroché plus que ça aux illustrations mais c’est une belle histoire sur l’amitié.

Comment te dire je t'aime

 

Comment te dire je t’aime ? / Mariko Kikuta. Albin Michel Jeunesse
Lou et Lili sont deux petits ours qui apprennent à exprimer leurs sentiments et en particulier à dire « je t’aime ». Un petit album vraiment mignon où Lou et Lili vous font forcément craquer.

Akiko la rêveuse

 

Akiko la rêveuse / Antoine Guillopé. Picquier Jeunesse
Akiko part à la rencontre d’un rêve si vrai qu’elle veut le rejoindre dans le monde réel. Des illustrations poétiques pour un petit conte zen.

Le maître des estampes

 

Le Maître des estampes / Thierry Dedieu. Seuil Jeunesse
Un riche mandarin passe commande à un artiste qui lui demande une importante somme d’argent et six mois de délai. Le jour dit, le peintre se présente chez lui avec un rouleau de papier blanc sur lequel il trace un dessin parfait… Un bel album sur l’art et le temps, empreint d’une certaine sagesse et d’une philosophie très zen.

La ballade toucoulore de Samba Foul

 

La Ballade Toucoulore de Samba Foul / Léopold Sédar Senghor, Pierre Droal. Seuil Jeunesse
Samba est noble mais à la mort de son père, son oncle Abou Moussa a pris le pouvoir à sa place. Samba part alors pour rechercher de l’aide. J’ai été moins conquise par ce titre. Je suis restée un peu dehors de l’histoire…

 

Les textes illustrés :

Ondine

 

Ondine / Benjamin Lacombe. Albin Michel Jeunesse
L’histoire de la nymphe Ondine, qui, pour le chevalier Huldebrande, se noie dans les tumultes de l’amour, ses marivaudages et ses trahisons. Un jeu de calques vient compléter les très belles illustrations de Benjamin Lacombe. Un bel objet pour une belle histoire.

Les amants papillons

 

Les Amants papillons / Benjamin Lacombe. Seuil Jeunesse
Dans un univers marqué par les traditions, Naoko, une jeune Japonaise de 14 ans, poursuit ses rêves et part à la rencontre de nouveaux horizons. Elle y rencontrera aussi l’amour en la personne de Kamo, un jeune étudiant. Un de mes préférés de cette liste ! Poétique et servi par un dessin fin et délicat, un vrai plaisir de lecture.

Oliver Twist

 

Oliver Twist / Juliette Saumande, Daniela Volpari. Auzou
Reprise du célèbre roman de Charles Dickens. J’ai beaucoup aimé les illustrations mais j’ai trouvé le texte un peu court !

 

Cyrano

 

Cyrano / Taï-Marc Le Thanh, Rebecca Dautremer. Gautier-Languereau
L’histoire de Cyrano revisitée avec humour et servie par le talent de Rebecca Dautremer (oui, je ne résiste jamais à ses coups de crayons !). Mon top 1 de ce mois-ci pour ses illustrations douces et poétiques et son texte juste, tantôt drôle tantôt émouvant.

 

La ballade de pat garrett

 

La Ballade de Pat Garrett et Billy the Kid / Taï-Marc Le Thanh, Jacques de Loustal. Seuil Jeunesse
Deux jeunes cow-boys sont amis. Mais Pat devient shérif, et Billy hors-la-loi. Ils finissent par s’affronter… Ambiance des westerns des années 1950, parenthèses fantaisistes et humoristiques et notes explicatives décalées : un bon moment de lecture !

 

Les contes :

Nasreddine

 

Nasreddine / Odile Weulersse, Rebecca Dautremer. Père Castor – Flammarion
Nasreddine a beau tenter toutes les solutions, son père, son âne et lui sont l’objet de railleries quotidiennes. Un joli conte sur le regard des autres et la confiance en soi.

 

Babayaga

 

Babayaga / Taï-Marc Le Thanh, Rebecca Dautremer. Gautier-Languereau
Les auteurs revisitent le traditionnel conte russe qui raconte l’histoire d’une fillette, haute comme trois pommes, cherchant à échapper à Babayaga, l’ogresse qui n’a qu’une seule dent. Un de mes contes favoris repris par une de mes illustratrices préférées… Je continue ou… ?

 

Prince dragon

 

Le Prince dragon / Marie Diaz, Olivier Desvaux. Belin Jeunesse
Dans un paisible royaume, la reine ne parvient pas à avoir d’enfant. Un jour, une vieille dame lui conseille de manger deux oignons après les avoir pelés. Dans la précipitation, elle mange le premier sans l’avoir préparé… Un conte empreint de merveilleux et qui rappelle les classiques du genre.

 

Les bandes dessinées : 

Klaw

 

Klaw, Tome 1 : Eveil / Jurion et Ozanam. Le Lombard
Alors qu’Ange fuit des garçons de son école qui le persécute, un homme-tigre apparaît et lui sauve la mise. Entre son étrange protecteur et les secrets qui entourent le jeune garçon, sa vie va basculer. Un premier tome bien rythmé. Quelques rebondissements sont attendus mais cela ne gâche en rien la lecture.

Manoir des mumures

 

Le Manoir des murmures, Tome 1 : Sarah / Munoz, Tirso et Montes. Humanoïdes associés
Europe centrale, 1949. Un orphelinat recueille des enfants ayant survécu au contact d’un mystérieux virus qui transforme les gens en monstres, dont Sarah, 10 ans. Un manoir inquiétant, un virus inconnu, des médecins douteux et des créatures effrayantes : tous les ingrédients sont réunis pour une BD d’horreur qui tient la route.

Les vieux fourneaux 3

 

Les Vieux fourneaux, tome 3 / Lupano, Cauuet. Dargaud
Suite de ma série coup de cœur ! Alors qu’Emile se fait hospitaliser suite à un malaise, Antoine apprend avec indignation que sa petite-fille Sophie achète des œufs à Berthe, l’ennemie du village. Comme les deux premiers tomes : immanquable ! Toujours aussi pêchu, drôle, percutant, c’est une vraie réussite. J’ai savouré ce troisième tome avec le même plaisir que le premier.

 

Voilà pour le mois de janvier ! Les romans ont été chroniqués donc vous pouvez les retrouver dans les archives.

 

Nick’s blues / John Harvey

Nick's Blues

Nick a seize ans. Il vit dans une cité de Londres seul avec sa mère depuis le suicide de son père. Obligé de jouer les durs dans la cité pour s’assurer une certaine tranquillité, il partage son temps entre ses amis et la photo. Ne vous fiez pas trop à la quatrième de couverture qui n’est pas très représentative à mon sens de l’histoire. Celle-ci nous parle de la loi du silence qui règne dans la cité et comment Nick va devoir s’en sortir mais cette partie ne fait l’objet que du début du roman. L’auteur accorde autant d’importance à la vie dans la cité qu’à la recherche d’identité de Nick ou ses états d’âmes.

Je dois reconnaître que je n’ai pas été très emballée par cette lecture. Le sujet est intéressant mais aucune thématique ne se détache des autres et on reste un peu sur sa faim. Nick va faire des recherches sur son père mais se contente finalement de très peu. La musique est certes présente mais il n’y semble pas très sensible. Et les embrouilles dans la cité prennent une tournure un peu surprenante et excluant Nick. Au fil de ma lecture, je me suis demandée où l’auteur voulait en venir et la pirouette (pardonnez l’expression mais je n’en trouve pas de plus adaptée !) utilisée à la fin ne m’a pas plus éclairée ni convaincue. J’ai également été gênée par le style qui hésite entre un langage parlé et un style plus littéraire. J’ai parfois dû relire deux fois une même phrase… et pas pour sa poésie. Ce fut donc une lecture plutôt décevante pour moi. Malgré de bonnes idées, ce roman manque à mon avis de profondeur et de travail sur l’écriture.

Je remercie le site Lecteurs.com qui m’a envoyé ce titre dans le cadre de l’opération Explo’Book ainsi que les éditions Syros.

Challenge jeunesse

Challenge Jeunesse & Young Adult #5 : 4/20