L’administrateur provisoire / Alexandre Seurat

L'administrateur provisoire

Après la mort prématurée de son frère, le narrateur découvre un secret de famille qui semble avoir hanté son cadet. Son oncle lui confie à demi-mot que son arrière grand-père aurait joué un rôle pendant l’Occupation. Après enquête auprès de ses proches et recherches aux Archives nationales, il comprend que celui-ci était administrateur provisoire. En pleine campagne d’aryanisation de l’économie, cette fonction consistait à administrer les entreprises juives. Une quête pour découvrir son passé familial et sa propre identité commence alors.Lire la suite »

Les Vieux ne pleurent jamais / Cécile Curiol

Les vieux

Judith, septuagénaire, a perdu son mari et vit désormais seule. Installée dans une certaine routine, malgré l’excentricité de sa voisine Janet, elle va être brusquement plongée dans ses souvenirs en découvrant une photo glissée dans un livre. La simple photo d’un homme perdu depuis longtemps va la bouleverser malgré elle. Ce chamboulement ainsi qu’un terrible voyage pour troisième âge vont décider Judith à retourner en France pour faire face à son passé. Dans ce nouveau roman, Cécile Curiol nous parle du vieillissement avec humour et émotion.Lire la suite »

Hôzuki / Aki Shimazaki

Hozuki

 

Second roman du cycle, Hôzuki raconte l’histoire de Mitsuko. Propriétaire d’une librairie d’occasion spécialisée en philosophie, elle vit seule avec sa mère et Tarô, son jeune fils. Même si la librairie marche bien, Mitsuko doit compléter ses revenus en travaillant comme entraîneuse le vendredi soir. Ces revenus lui permettent entre autres de payer une école spécialisé pour Tarô qui est sourd-muet. Une jeune femme très distinguée et sa fille entrent un jour dans sa librairie. Les deux enfants vont immédiatement s’entendre et cette femme va tenter de créer des liens avec Mitsuko. Mais cette dernière est revêche et ne souhaite pas nouer de relations avec quiconque. Malgré tout, elle va accepter les invitations pour son fils Tarô.Lire la suite »

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit / Celeste Ng

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit

Lydia est morte. Sa famille ne le sait pas encore. Elle découvre sa disparition le matin au petit déjeuner. La police arrive et commence l’enquête sans trop s’inquiéter dans un premier temps. Déjà ébranlée, la famille va subir une onde de choc terrible lorsque le corps de Lydia sera retrouvé dans le lac. Avec l’absence de Lydia, centre de la famille, les liens familiaux, déjà fragiles, vont se fissurer. Les blessures et les failles de chacun vont peu à peu refaire surface.Lire la suite »

Pretty girls / Karin Slaughter

Pretty girls

D’abord une lettre. Celle d’un père dont la fille a disparu et qui cherche envers et contre tout la vérité. Puis Lydia, une femme d’une quarantaine d’années dont la vie est plutôt paisible au vu de son passé chaotique mais qui garde une blessure immense causée par la perte d’un être cher. Enfin, Claire, femme de classe aisée, bien sous tout rapport, mariée à un homme tendre et attentionné. La seule ombre au tableau : Claire est sous contrôle judiciaire pour agression. Un évènement va rassembler les deux femmes après des années de séparation : l’assassinat du mari de Claire. Un voile va se lever et les révélations ne feront que commencer…

Karin Slaughter signe un thriller psychologique dans lequel les liens familiaux seront soumis à rude épreuve et la confiance entre les personnages malmenée. Claire va de découverte en découverte et s’enfonce progressivement dans l’horreur. La tension monte doucement mais sûrement jusqu’à un rebondissement inattendu qui va complètement redistribuer les cartes. Je me suis complètement faite avoir et j’ai du reposer le livre quelques instants pour que l’idée fasse son chemin ! Si Claire ne sait plus à qui elle peut se fier, nous sommes nous même en tant que lecteur sur le qui-vive et la méfiance est de mise. Mais attention, il n’y a pas que le suspense qui soit au rendez-vous et les âmes sensibles devront s’accrocher un peu. L’intrigue ne se fonde pas seulement sur la violence mais les scènes de torture sont assez éprouvantes. Néanmoins, l’auteure a suffisamment bien réparti ces passages afin que cela soit supportable pour les petites natures comme moi.

J’aurais un simple petit bémol pour la toute fin qui m’a semblé en léger décalage avec le reste du roman mais je n’en dirai pas plus au risque de donner une piste aux futurs lecteurs ! Si vous êtes adeptes de thriller, vous pouvez vous lancer sans hésiter. Pretty girls m’aura fait passer un bon moment glaçant et angoissant ! Un grand merci Babelio et les éditions Mosaïc pour cette lecture et la belle rencontre organisée avec l’auteure.

 

Pour l’anecdote : j’ai eu la chance de rencontrer Karin Slaughter grâce à Babelio. Elle nous a alors raconté que l’idée de ce roman lui était venue suite à un rêve. Au réveil, elle avait les 50 premières pages ! Je ne suis pas certaine de vouloir faire des rêves aussi angoissants mais quelle imagination. 🙂