L’homme qui mit fin à l’Histoire / Ken Liu

lhomme-qui-mit-fin-a-lhistoire

Ce court roman vous propose de vous tourner vers le futur proche où deux scientifiques ont réussi à mettre au point la première machine à remonter dans le temps. Ce sont bien sûr les débuts et le voyage se fait selon quelques conditions : on ne peut retourner qu’à un moment précis et le voyage détruit les particules permettant le « pont » entre les époques ce qui le rend unique. Le procédé permet d’assister à une scène mais le voyageur ne peut pas intervenir sur le passé. L’un de ses créateurs va utiliser cette machine pour revenir sur une page noire et controversée de l’Histoire : les expériences de l’Unité 731 de l’armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Attirée par la couverture, la longueur du roman et l’envie de lire un peu de SF, je me suis plongée dans cette lecture dans l’idée de me changer les idées après quelques romans violents. C’est que j’en avais oublié le résumé ! L’histoire de l’Unité 731 est très loin d’être celle d’enfants de chœur. Située en Mandchourie, ils ont pratiqué des expériences médicales et scientifiques contraire à toute morale sur des civils enlevés dans la région et qui donnèrent lieu à un véritable massacre. Cette page de l’Histoire est très contestée et controversée et les familles des victimes souvent très seules. Le Professeur Wei, un de nos deux scientifiques, va s’emparer de ce débat et proposer à des proches de victimes de retourner dans le passé pour témoigner de ce qu’ils y verront. Mais la quête de vérité absolue ne se fait pas sans controverse.

En une centaine de pages seulement, Ken Liu arrive à poser quantité de questions sur la vérité, notre rapport à l’Histoire, le devoir de mémoire, le travail même d’historien et les conséquences de la manipulation du temps. Il aurait pu écrire encore quantité de pages mais les questions sont lancées, différents avis sont présentés, au lecteur de se forger son opinion ou au moins se poser des questions. Cette lecture m’a vraiment passionnée malgré un début très scientifique qui m’a, je l’avoue, un peu perdue. On tente de nous expliquer le principe qui fait fonctionner la machine mais ce sont des concepts très pointus. Je pense qu’il nous faut pas s’y arrêter : cela n’empêche en rien de comprendre comment cela fonctionne et les problèmes qui sont posés. Passé ce petit cours de physique, on arrive aux questions qui nous concernent tous en tant que simple être humain.

Sur la forme, ce roman m’a fait penser au livre World War Z. Le récit se compose d’interventions de différentes personnes : l’un des scientifiques du projet, des collègues, des amis, des fonctionnaires mais aussi des citoyens de différentes nationalités. Nous avons en fait le script d’un film documentaire portant sur ce fameux procédé. Cela rend la lecture très rapide et permet d’aborder beaucoup de thématiques différentes tout en gardant un récit cohérent.

La science-fiction a encore de beaux jours devant elle avec des romans comme L’homme qui mit fin à l’Histoire qui nous font réfléchir sur notre société actuelle et sur l’avenir avec une écriture moderne, accessible et captivante.

Advertisements

5 réflexions sur “L’homme qui mit fin à l’Histoire / Ken Liu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s